dimanche 25 mai 2008

Au Dodos tout le monde!




You give us bread, you keep us warm
What I do for you in turn
I leave you with this memory stained
Between the sheets, under the rain
Your face is pale, your lips are red
Your eyes are dark, you might be dead
But I will hold you even then
Until you breathe and I am fed

Jodi, my dear, I'm sorry but I must disappear
I leave you with a song and a tear
Just please don't wash away
This is my crutch, you had me at the face and the touch
But I can only give you so much
Before it goes away
You could be my end
You could be my end

We can do this on our own

But you're still telling me
What I want, what I need
'til I can't even be
Here on my own

And in the dark and on the floor
The bottle caps, well they just pour
And you can tell I want you more
Beyond the few, beyond the storm
But this won't stay, yeah I confess
That I am not what you have guessed
I'm just a whore and nothing less
And I won't stop until I rest

Roll into town with thunder on our backs, heads are proud
We wander through your gates and your crowd
To ponder what we'll take
And though you are far, I keep you in a place in my heart
And never let the beast tear apart
What happened there in May
You could be my end
You could be my end

We can do this on our own

But you're still telling me
What I want, what I need
'til I can't even be
Here on my own

Ça commence comme une petite douceur acoustique, avec une guitare qui sonne comme la harpe de Joanna Newsom, partie pour une jolie chanson calme. Quand surgit brutalement une batterie agressive, terrifiante. La guitare, d'abord surprise, réagit et accélère, tentant de suivre le rythme effréné imposé par la batterie, mais elle s'épuise. Elle décide alors de hausser d'un ton puis remet un coup d'accélérateur pour défier cet intrus indésirable.
Dominée sur le couplet et le refrain, elle profite du pont, où la bataille fait rage, pour se refaire. Sur le final, le vacarme est à son paroxysme, avant que la batterie ne craque, agonisant dans un dernier cri résonnant au loin. La guitare retrouve alors son calme du début et la plus belle chanson de l'année se termine en happy end!

Je parle donc ici de la chanson Jodi du groupe américain (San Francisco) The Dodos, issue de leur album sophomore Visiter. Avant tout cela, on a eu droit à une entrée en matière superbe sur Walking avec son banjo et sa guitare acoustique, morceau de folk typique qui s'enchaîne sans pause sur Red And Purple, un titre qui installe le style du groupe avec ce rythme très primitif/tribal comme chez le Feels de Animal Collective.
Puis ça continue entre tube certifié (Fools, la vidéo plus bas), longs titres épiques (les montagnes russes de Joe's Waltz (et la valse sur les montagnes russes c'est pas facile!), les tourbillons de Paint The Rust, le final God? en apothéose), l'une des plus belles chansons de l'année (oui, encore) avec Ashley, le tout entrecoupé de titres courts, de 1 à 2 minutes, tous aussi intéressants.
Et au bout des 14 titres, l'impression d'avoir vécu l'heure la plus courte de l'année...

The Dodos: Walking (mp3)
The Dodos: Red And Purple (mp3)



Album: Visiter


Leur Daytrotter Session l'an dernier




10 commentaires:

  1. J'accroche pas.
    Au moins les toulousains Dodoz m'amusent !

    RépondreSupprimer
  2. à découvrir en live (avec essie jain, fleet foxes et noah & the whale) dans le cadre de la soirée à emporter #2 qui aura lieu samedi prochain (le 31) au point FMR...

    On t'y vois peut-être ?

    RépondreSupprimer
  3. belle révélation pour moi."visiter" tourne pas mal en ce moment.
    pour ma part je suis assez enthousiasmé.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis pas encore enthousiaste. Juste séduit. Mais l'enthousiasme peut venir d'ici décembre et les traditionnelles listes de fin d'année...

    RépondreSupprimer
  5. @dali: Chouette programme en effet, malheureusement samedi je suis 1) à Rennes et 2) au boulot en plus...

    RépondreSupprimer
  6. Très très bon, vraiment ...

    RépondreSupprimer
  7. Pinailleur8/6/08 12:29

    Jute une précision : "sophomore" en français, ça n'existe pas. Ok, c'est le terme préféré des bloggers et journalistes anglais pour désigner un second album. Mais ça n'existe pas.
    C'est joli, ceci dit. Ca ressemble à "sémaphore" et, en bon Breton, je ne peux y être insensible... Mais bon. Chouette blog, ceci dit!

    RépondreSupprimer
  8. C'est vrai que ça n'existe pas en français, mais comme c'est joli je l'ai mis quand même! Ça désigne aussi un étudiant 2e année aux USA par exemple (en fait c'est du basket que je tiens ce mot).

    RépondreSupprimer
  9. Argh, tu m'as doublé, j'allais parler d'eux bientot. Moi aussi, j'aime beaucoup beaucoup beaucoup. Mais beaucoup hein! Entre Sufjan et les rytmiques d'Animal Co quoi.

    RépondreSupprimer
  10. Fallait pas t'endormir sur The Dodos! :D

    RépondreSupprimer